Brasserie Galibot – Thomas Platz, Charly-Pierre Feith et Alexandre Wirig


« Des bières étonnantes »


La Brasserie Galibot, c’est l’histoire d’une fusion entre deux brasseries mosellanes. D’un côté la Brasserie Tom & Charly créé par Thomas Platz et Charly-Pierre Feith et de l’autre la Brasserie Schoenecker Brau d’Alexandre Wirig. En 2019, les trois amis lancent la brasserie Galibot. Un clin d’œil à l’ancienne activité minière du département puisque Galibot désigne les jeunes enfants qui tenaient les lampes au fond des mines. Aujourd’hui la brasserie s’agrandit, d’ici la fin de l’année elle disposera de 2 200 m2 pour développer son activité. « La salle de brassage aura une capacité de 2 500 l par brassage, explique Thomas Platz. À court terme nous espérons brasser 1 500 hectolitres puis, d’ici cinq ans, environ 5 000 hectolitres à l’année. »


Un lieu de vie


Les trois entrepreneurs souhaitent embaucher à terme près de dix personnes pour faire vivre les locaux implantés à Forbach en Moselle. « Sur place, nous envisageons de créer un magasin, un bar de dégustation dans un esprit de travail avec les produits locaux. Nous voulons également proposer des visites et des soirées à thème en fonction des différents grands évènements comme les compétitions de football, l’Oktoberfest ou encore organiser des concerts », projette le brasseur.

Pour le moment, ils continuent de brasser leurs bières qui se divise en une gamme

« classique » et une gamme de « crafts ». Dans cette gamme, on retrouve d’ailleurs la « Bière de Pain », une bière mise au point avec les frères Scwalbach, deux boulangers meilleurs Ouvriers de France. « Pour la produire, nous utilisons des restes de tourtes de seigle, c’est une bière qui n’est ni filtrée, ni pasteurisée. À l’avenir, avec les drêches de cette bière nous voulons essayer de développer une gamme de biscuits et pourquoi pas de pain », indique le brasseur.

Autre bière étonnante : « La fille du feu », une bière fumée au bois de hêtre qui dévoile de jolis arômes de malte et de caramel. Toujours dans la gamme « crafts » vous pourrez également retrouver « La Princesse Inca », une bière composée de maïs violet du Pérou, inspirée de la boisson péruvienne Chicha Morada. « Cette bière est un clin d’œil à la femme de Charly originaire du Pérou. Sa couleur violette laisse la place à des notes de fruits exotiques et à un côté épicé avec le maïs », explique Thomas Platz.


Un rayon de 200 km pour les matières premières


Pour produire leur vingtaine de bières, les trois associés utilisent des produits qu’ils trouvent dans un rayon de 200 km autour de Forbach. « Nous sommes à la frontière de l’Allemagne donc nous nous autorisons à privilégier les céréales allemandes. Pour le houblon c’est pareil, il vient à la fois d’Allemagne et de France », détaille le brasseur.

Côté projets, la Brasserie Galibot n’en manque pas ! D’ici cinq ans, l’objectif est de développer une gamme de spiritueux, notamment de Gin. Et pour ne pas oublier les personnes qui ne boivent pas d’alcool, les brasseurs veulent également se lancer dans la production de cola et de limonade. « Ces projets sont des projets à court terme. Notre plus grand projet sera le développement d’une souche de levure créer à partir d’essences locales pour donner plus de caractère à la bière. »



Contact :

Brasserie Galibot

Adresse : 4 Rue Jules Verne, 57 600 Forbach

Mail : thomas.platz@brasserie-galibot.com

Téléphone : 06 42 11 31 87

Site web : www.brasserie-galibot.com


91 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout