Fingourmets - Elie Bursztein et Shajin V Shaan


« Un duo franco-indien pour des épices et poivres hors du commun »


En 2014, Elie Bursztein part pour un voyage en Australie. Un an plus tard il y rencontre Shajin V Shaan, originaire d’Inde. Les deux amis échangent notamment autour de la gastronomie de leurs pays respectifs et plus précisément autour des épices. Alors qu’ils retournent tous les deux dans leur pays, l’idée naît de proposer des épices d’Inde, et d’autres pays, en France. Commencent alors les premiers échanges avec des producteurs indiens d’épices et de poivre. « Avec Shajin nous sommes partis chercher nos premières épices dans le Kerala, une région de l’Inde où de nombreuses épices sont présentes. C’est là que nous avons trouvé de nombreux fermiers avec qui nous travaillons aujourd’hui », raconte Elie Bursztein. Après cette première quête, les deux amis décident de lancer Fingourmets en 2018.

Une transformation maison

Leurs épices et poivres ne sont pas labélisés « Agriculture Biologique » pour des raisons techniques : « en Inde, les réglementations sur les pesticides sont beaucoup moins poussées qu’en France. Afin de proposer des produits de qualité, nous travaillons avec des agriculteurs qui sont en agriculture biologique aux normes européennes et dans la plupart des cas, aux normes américaines. Ce qui ne nous permet pas d’afficher le label en France sur nos produits pour le moment, mais nous y travaillons », détaille Elie Bursztein. Pour les importer plus facilement en France, ils ont créé une seconde société en Inde. C’est aussi là-haut, dans la maison familiale de Shajin V Shaan que sont conditionnées les épices. « Elles sont récoltées par nos agriculteurs partenaires puis elles sont séchées et mises sous vide, dans un entrepôt de la famille de Shajin, indique Elie Bursztein. Par ailleurs, quand je vais en Inde comme très prochainement pour la récolte de poivre, cannelle, cardamome, et piment c’est moi qui les ramène directement. »

Lorsqu’il les ramène en France ou lorsqu’elles arrivent par bateau, les épices sont stockées dans son atelier en Isère. Il effectue lui-même la transformation en poudre : « je mouds les épices avec un moulin auto réfrigéré, en petites quantités, afin de garder toutes les qualités des épices ».

Quatre ans de sourcing

Fingourmets a été lancé il y a six mois, après quatre ans de voyage pour y sélectionner la gamme. Actuellement, les deux amis proposent une quarantaine d’épices entières et une dizaine de poivres et aussi des mélanges d’épices préparés par leurs soins. « Les mélanges proviennent des odeurs que j’ai en mémoire de mes voyages, indique Elie Bursztein. Nous avons un mélange, le Jaya Massala qui est un clin d’œil à la recette de la maman de Shajin. Il se compose de cannelle, de graines de fenouil, de cardamome, de clous de girofle et de poivres. » D’autres mélanges sont disponibles comme le Baja California, le Colombo, le Curry ou encore un Curry Provençal réalisé à base d’ail, de thym, d’origan, de piment, de poivre et de graines de moutarde noire. En plus des épices, poivres et mélanges, Fingourmets possède une gamme de trois infusions, dont une inspirée des boissons indiennes légèrement épicées.

Faire découvrir ces épices aux chefs

Pour agrandir leur gamme, les deux associés souhaitent désormais s’intéresser aux cafés et aux thés. Des produits qui pourront se trouver sur leur site Internet déjà existant et dans leur future boutique grenobloise qu’ils envisagent de créer, dans les années à venir. « Aujourd’hui, en plus du site Internet, je fais aussi les marchés aux alentours de Grenoble et je travaille également avec une trentaine de restaurateurs. Prochainement, je souhaite démarcher les nombreux chefs lyonnais afin de leur faire découvrir notre travail et surtout nos épices », explique Elie Bursztein.



Contact :

Fingourmets

Tél : 07 68 76 34 37

Site web : https://www.fingourmets.fr

Mail : fingourmets@gmail.com


86 vues0 commentaire