top of page

Bourgoin Cognac - Frédéric Bourgoin




« Réconcilier les Français avec le cognac »


Frédéric Bourgoin pourrait dire qu’il est tombé dans la marmite étant petit, ou presque. Plutôt qu’une marmite, des fûts d’alcools, mais l’esprit est tout comme pour le charentais dont la famille, depuis quatre générations, exerce la profession de vigneron.


Comment se décider, finalement, à poursuivre la culture du cognac ? « Pour réconcilier les Français avec cette boisson » explique Frédéric. Le spiritueux hexagonal par excellence, relégué au rang des digestifs poussiéreux en son pays natal, ne pouvait tomber mieux qu’entre les mains du vigneron dont la philosophie sera dès le début très claire : une approche vite-vinicole naturelle, à la fois transparente et innovante dans ses procédés de production.


Les cognacs Bourgoin traversent les tables de France depuis 1930, distillés et vieillis sur des sols du Crétacée qui ont fait la réputation de la maison. C’est désormais autant chez les chefs et les barmen que dans les salons d’amateurs particuliers que les flacons de l’entreprise familiale peuvent s’ouvrir et s’apprécier.


Un élevage dans des barriques de chêne


La première bouteille sous le nom de Frédéric voit le jour en 2015, avec une édition limitée intitulée « Microbarrique du millésime 1994 », mis en bouteille à la main. L’alcool est élevé dans des barriques en chêne à gros grain. Rond, suave, long en bouche, la signature du jeune vigneron s’exerce aux antipodes du cliché « fort et agressif » du spiritueux de nos aïeux.


La vision de Frédéric pour ses productions demeure ancrée dans un rapport authentique à la conception des alcools : pas de colorant, pas de sucre ajouté. Les cognacs Bourgoin, dont la réduction - à l’eau de source locale - n’est jamais inférieure à 43%, a de quoi fournir aux nouveaux palais des sensations aux souvenirs marqués.


Un nouveau flacon


L’aventure des cognacs Bourgoin se poursuit aujourd’hui avec un nouveau flacon produit en micro-barrique et millésimé 1998. Au menu de la dégustation : des arômes d’iris poivré, d’amande grillée, noix de coco fraîche et mangue surmûrie. Réconcilier les Français avec le goût de leur terroir ? Mission réussie !




Contact

Frédéric Bourgoin

Téléphone : 05 45 90 84 39


Article rédigé par Baptiste Crespim Bidarra



106 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page